ERU 44 - Projet 1

Une première recherche sur le « Stress perçu et stratégies d’ajustement chez des étudiants en formation infirmière » a obtenu en décembre 2016 un financement de 10 000 € du Conseil Scientifique de la Recherche Lyon 2 – CH Le Vinatier en 2016. Les partenaires sont les suivants : ISPEF – Université Lyon 2 ;  GRePS unit - Institut de Psychologie - Université Lyon 2 ; IFCS-TL - Institut de Formation des Cadres de Santé du Territoire Lyonnais et le Laboratoire UNADREO de Recherche Clinique en Orthophonie (LURCO).

Ce projet est parti de nos réflexions concernant le stress ressenti par les étudiants infirmiers et à la manière dont ceux-ci font face aux situations de stress. La plupart des études recensées semblent montrer que les sources de stress liées aux stages sont plus nombreuses et importantes que celles associées au contexte de l’école, même si ces dernières ne sont pas négligeables.

La littérature disponible permet aussi de tenter une catégorisation des modes de coping adoptés par les étudiants infirmiers : centrés sur l’émotion (par exemple, l’évitement ou le recours aux psychotropes), centrés sur le problème (par exemple, l’analyse des situations ou la résolution de problème), auxquels s’ajoutent le recours au soutien social (matériel, informatif, émotionnel ou d’estime). Si globalement les stratégies centrées sur l’émotion semblent plus fréquemment contre-productives et aboutir à des conséquences néfastes, le mode de coping le plus prédicteur de la santé et du bien-être des étudiants infirmiers semble être le recours au soutien social. Enfin, il semble que le stress vécu au cours de la formation ait des conséquences physiques, psychologiques et socio-comportementales à court terme, mais aussi à plus long terme sur l’engagement dans la pratique professionnelle.

Sans remettre en cause l’intérêt majeur de cet ensemble de données probantes, il convient de constater que 1) la quasi-totalité des études menées jusqu'ici sont d’origines anglo-saxonnes ou asiatiques, et 2) qu’il n’existe pas d’outil d’évaluation validé du stress perçu par les étudiants infirmiers.

Il y aurait donc un intérêt certain à développer une recherche dans le contexte culturel et académique français, sur un échantillon d’étudiants infirmiers. Cette recherche se propose donc 1) de valider sur un échantillon d’étudiants français une échelle francophone d’estimation du stress perçu par les étudiants infirmiers, 2) d’évaluer le niveau de stress ressenti par les étudiants infirmiers et d’identifier les différentes stratégies de faire-face mises en place par ces étudiants, 3) d’observer l’évolution du niveau de stress ressenti par les étudiants infirmiers tout au long de leur formation. Il s’est basé sur un plan de recherche pré-expérimental, de type post-test avec multiples groupes d’étude non équivalents. Le niveau du stress ressenti sera évalué auprès d’un échantillon de 100 étudiants infirmiers de différents IFSI français, répartis sur les trois années de formations, ainsi que leurs modes de faire- face aux stresseurs. Un bénéfice important pour la compréhension du phénomène de stress académique vécu par les étudiants infirmiers français est ressorti des résultats de cette étude.



Promouvoir, organiser, développer et initier la recherche dans le domaine de l'orthophonie.

LURCO